English   |   Contactez-nous   |    Connexion    
LSCOA Propos de L'orthoptiqueFormation ContinueOffres D'emploiRessourcesMembres
Qu'est-ce que l'orthoptique?

Le mot orthoptique dérive des mots grecs ortho, qui signifie droit, et opsis, qui signifie vision.

Les orthoptistes sont des professionnels paramédicaux qui se spécialisent dans l'étude de la motilité oculaire et du développement visuel. De concert avec un ophtalmologiste (médecin et chirurgien de l'oeil), l'orthoptiste étudie les dysfonctionnements du système visuel impliquant la vision, les mouvements oculaires, l'alignement des yeux et la binocularité, et il aide à poser un diagnostic. Les orthoptistes s'intéressent principalement au traitement non chirurgical de l'amblyopie et du strabisme.

Par exemple, l'amblyopie est une lacune dans le développement visuel, ou une perte de capacité visuelle, causée par l'arrêt de l'utilisation de l'oeil. Pour que la vision se développe également dans les deux yeux, chacun doit pouvoir former une image claire de l'objet visualisé. Si l'un des yeux n'est pas dans son aligné (strabisme), si l'erreur de réfraction est plus grande dans un oeil que dans l'autre (anisométropie), ou si une maladie s'est logée dans un oeil, les deux yeux ne voient pas le même objet ou ne perçoivent pas des images identiques. Cet écart empêche la coopération binoculaire et le cerveau bloque l'apport de l'oeil déficient (neutralisation), interrompant ainsi le développement visuel dans cet oeil. Résultat : la vision stagne, allant jusqu'à se détériorer dans de nombreux cas.

L'orthoptiste aide à l'examen des conditions qui peuvent mener à l'amblyopie et à déterminer si on est en présence d'amblyopie. Comme nombre de ses patients n'ont pas encore atteint la phase verbale, l'orthoptiste doit comprendre le développement du système visuel et intégrer cette compréhension à la connaissance des grands jalons du développement afin de pouvoir poser un jugement éclairé. Pour évaluer avec exactitude la capacité visuelle, nous utilisons divers tests conçus pour fonctionner dans les limites restreintes de la fenêtre d'attention d'un enfant. L'amblyopie qui n'est pas causée par une maladie peut être traitée par le port de verres, l'occlusion (oeil de pirate) et/ou la pénalisation (gouttes). Ayant en mains toute l'information sur le fonctionnent complète au sujet du système visuel de l'enfant, y compris un examen du fond de l'oeil exécuté par un ophtalmologiste et la réfraction exacte (puissance à donner aux lentilles), l'orthoptiste est la première personne qui surveille et renforce le traitement, en plus d'offrir son soutien aux parents et de les guider.

Le rôle de l'orthoptiste est diférent lorsqu'il s'agit de diagnostiquer et de traiter la diplopie (vision double). Les orthoptistes doivent souvent évaluer la fonction visuelle chez l'adulte qui a perdu la vision binoculaire. La diplopie peut découler de diverses causes : maladie oculaire, maladie systémique, maladie vasculaire, traumatisme ou erreur de réfraction. L'examen orthoptique permet de déterminer comment le système visuel binoculaire a été affecté, ce qui mène souvent au diagnostic d'une maladie sous-jacente. L'orthoptiste prend ensuite les mesures nécessaires pour assurer le confort visuel du patient. Souvent, on peut avoir recours à des prismes pour traiter la diplopie. Cette forme de traitement repose fortement sur la connaissance qu'a l'orthoptiste des principes visuels et de sa capacité à intégrer ces principes à la thérapie.

Les orthoptistes peut aussi diagnostiquer et traiter plusieurs autres troubles visuels. Il joue un rôle actif dans le traitement de nombreuses conditions oculaires de concert avec les ophtalmologistes.
Oû travaillent les orthoptistes?

Au Canada, les orthoptistes pratiquent leur profession dans divers milieux. Ils peuvent être employés dans le secteur public en travaillant dans des cliniques d'orthoptique en milieu hospitalier, parrainées par le ministère fédéral ou provincial de la Santé. D'autres travaillent dans des centres de formation et enseignent le système visuel à des étudiants de divers horizons : orthoptique, autres professions paramédicales, médecine et résidents en ophtalmologie. Les orthoptistes peuvent aussi travailler en clinique d'ophtalmologie privée, auprès d'autres membres du personnel ophtalmologique et du personnel paramédical. Au Canada, un orthoptiste ne peut ouvrir sa propre clinique privée. Il doit être parrainé par un ophtalmologiste.

Les orthoptistes peuvent pratiquer tout un éventail d'examens, selon leur milieu de travail. S'ils s'occupent généralement du système visuel binoculaire, ils sont nombreux également à s'intéresser à d'autres conditions qui peuvent toucher la vision. Certains analysent le champ visuel, se spécialisant dans l'exécution et l'interprétation de tests de champ visuel neurologiques. D'autres font de la recherche et de l'investigation clinique sur la physiologie des mouvements oculaires et sur le potentiel évoqué visuel. Dans certaines provinces canadiennes, on a mis en place des programmes de dépistage visuels destinés aux enfants d'âge préscolaire et aux élèves de niveau élémentaire; les orthoptistes jouent un rôle clé dans l'élaboration des protocoles, dans l'exécution des tests de dépistage ainsi que dans l'analyse des résultats.

Aujourd'hui, les orthoptistes canadiens peuvent pratiquer dans de plusieurs autres milieux, puisque la base des connaissances acquises dans les centres de formation orthoptique est solide et peut s'appliquer à plusieurs carrières dans le domaine de l'ophtalmologie. Ils peuvent, par exemple, faire de la recherche dans le domaine de la vision, pratiquer des examens de la vue, travailler dans le domaine de la basse vision, dans le développement et la vente d'équipement et à titre de représentants en produits pharmaceutiques. La formation orthoptique et l'expérience acquise à titre de professionnel paramédical procurent la connaissance nécessaire pour atteindre des postes de gestion dans le secteur de la santé, pour occuper des postes d'enseignant ou pour travailler dans des domaines connexes à l'ophtalmologie.
©  La Société Canadienne D'Orthoptique